Nos coiffes

Les coiffes s'envolent !



"La coiffe angevine posée sur la chevelure comme une colombe blanche aux ailes relevées se pose sur le front en fleur des jouvencelles"

Un adage, connu des amis des arts et traditions, nous dit que chaque "clocher" avait sa propre coiffe. En effet, l'identité des femmes d'une commune était possible par le port de sa coiffe. La forme, les dentelles, le noeud et son ruban donnaient les indications permettant d’apprécier l’origine de ces dames. La coiffe était donc un véritable outil identitaire.

Aussi, la coiffe évoluait au gré des événements de la vie de sa propriétaire : du berceau au linceul son ornementation évoluait.

Le patrimoine de notre région dispose de cinq types de coiffes : qu'elles soient plates ou à tuyaux, à chaperon, à la gueuse ou en serre-tête, nos coiffes restent blanches et embellissent toutes les femmes.

L'Angevine


Portée sur Angers, l'Angevine est une coiffe à fond rond ornée d'une grande dentelle tuyautée au-dessus des oreilles et très relevé en arrière, ce qui permet de dégager le visage et laisse appararaître les quelques cheveux des tempes.

La coiffe en mousseline de coton ornée de broderies blanches revient sur l'avant en larges plis plats. Le noeud ornant la coiffe à tuyaux peut avoir deux, quatre voire six boucles.

Le bonnet

Au quotidien, les femmes des bords de Loire et de ses environs portaient un bonnet en cotonnade beaucoup plus simple dont la forme imite celle des coiffes des grands jours.

Le bonnnet s'ajuste avec deux lacets coulissants noués au niveau des oreilles.

Pour ces circonstances, les broderies représentaient des motifs naturels ou en rapport avec leur profession, comme la vigne pour les femmes de viticulteur.